L'avez-vous en tête Le prix de votre bien immobilier
?
  • Agence immobiliere Nestenn
  • .
    .
    >
  • Premier signe de reprise dans l'immobilier, les banques acceptent de nouveaux dossiers de crédit
  • Premier signe de reprise dans l'immobilier, les banques acceptent de nouveaux dossiers de crédit
    lci

    Premier signe de reprise dans l'immobilier, les banques acceptent de nouveaux dossiers de crédit

    PROJETS - Environ 70% des banques sont désormais en capacité de prendre de nouveaux dossiers de prêts immobiliers, estime mardi le courtier Vousfinancer. Certains emprunteurs veulent connaître leur capacité d'emprunt alors que les taux augmentent.

    Les perspectives commencent à se rouvrir pour les candidats à l'achat immobilier. Environ 70% des banques sont désormais en capacité de prendre de nouvelles demandes de prêts immobiliers, observe mardi 21 avril le courtier Vousfinancer. "Même si elle reste encore hypothétique et les modalités de mise en place du déconfinement floues, l’annonce de la date du 11 mai a en effet redonné de la visibilité au marché immobilier et aux professionnels qui s’organisent d’ores et déjà pour être prêts pour la reprise attendue", analyse le courtier. 

     

     

     
     

     

     

    Du fait que le marché soit actuellement à l'arrêt, les dossiers déposés actuellement portent pour la plupart sur des projets initiés avant le confinement et qui n’avaient pas pu  être financés ces dernières semaines. Certains emprunteurs souhaitent aussi connaître leur capacité d'emprunt actuelle car les conditions ont évolué depuis le confinement. "L’anticipation d’une hausse des risques mais aussi des coûts de refinancement a en effet conduit la majorité des banques a remonter leurs taux de crédits", observe le courtier.  

    En avril, une vingtaine de banques ont ainsi remonté les taux d'intérêt de leurs crédit immobiliers, de 0,20% en moyenne, mais jusqu’à 0,50% pour certaines, sur les profils les moins attractifs en matière de revenus. Au global, 95% des barèmes ont été orientés à la hausse. A noter que les critères restent strict car les établissements sont particulièrement attentifs à ne pas dépasser un taux d'endettement de 33 %.